1999

Le Dernier Harem : quand le massage de Marie Gillain devient sensuel

Marie Gillain massée dans le hammam

Au début du vingtième siècle, Safiyè (Marie Gillain ), d'origine italienne, a été vendue à un pacha puis offerte à Abdulhamit, le dernier sultan de l'empire ottoman.

Indépendante et cultivée, Safiyè attire l'attention sur elle. Nadir (Alex Descas), l'eunuque affecté à la surveillance du harem, entreprend delui prêter assistance de manière à ce qu'elle devienne la favorite du sultan.

American Pie : quand Shannon Elizabeth se caresse négligemment

American Pie : Shannon Elizabeth masturbation

On peut dire ce que l'on veut d'American Pie, le film de Paul et Chris Weitz sorti en 1999 a quand même rapporté 240 000 000 $ dans le monde.

Pour ce qui est du scénario, le film narre les mésaventures de quatre ados, Jim, Kevin, Oz et Finch, qui font le pacte de perdre leur virginité maudite avant la fin de leur année scolaire pour ne pas arriver puceaux à l'université.

La ligne verte : il faut mouiller l'éponge

L'execution d'Eduard 'Del' Delacroix

Si j'ai vu dans la ligne verte et notamment dans la longévité de Edgecomb et de la souris Mister Jinggle, un écho de l'oeuvre de Simone de Beauvoir intitulée Tous les hommes sont mortels (dans laquelle le comte Fosca, partage son immortalité avec une souris), ce n'est probablement pas ce qui m'a le plus marqué dans ce film sorti en 1999 et réalisé par Frank Darabont.

Une histoire vraie de Lynch : Alvin Straight, l'automobiliste et le cerf

 L'automobiliste se lamente sur la mort du cerf

Il arrive que la réalité dépasse la fiction, mais le plus souvent, elle l'inspire.
Un homme âgé et sur le déclin qui décide de traverser une partie des Etats-Unis en chevauchant une tondeuse pour retrouver son frère qu'il a perdu de vue suite à une violente dispute, semble être le scénario parfait d'un film qui veut sortir du lot et attirer l'attention.
C'est pourtant bien d'une Histoire vraie que c'est inspiré David Lynch pour son film éponyme The Straight story(1999).

Dans la peau de John Malkovich... en toute humilité

Vous, moi, nous sommes tous Malkovitch

Depuis sa sortie au cinéma j'ai eu des réticences à regarder Dans la peau de John Malkovitch (Being John Malkovitch). La raison prinicipale était principalement le titre de ce film, centré sur un acteur... Que je connaissais par ailleurs suffisamment (désormais il est désormais connu des plus jeunes pour son rôle dans une pub pour des capsules de café). Je ne sais pas pourquoi - peut-être à cause de son rôle dans Liaisons dangereuses - mais j'imaginais de l'égocentrisme malkovitchien dans cette oeuvre.
Je me trompais.