Comédie dramatique

Le mépris : les dessous d'une scène culte

Brigitte Bardot, la scène culte du Mépris

Vous connaissez sans doute la scène du Méprisdans laquelle Brigitte Bardot demande à Michel Piccoli s'il aime ses fesses (pour ceux qui en douteraient, il répond "oui").

Cette scène est culte. Peut-être plus culte que le film lui-même. Mais ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que cette scène ne faisait pas partie du film tel que Godard l'avait initialement réalisé :elle a été filmée bien plus tard, et rajoutée par la suite...

Hommage, vol, plagiat : l'inspiration au cinéma

Hommage, vol, plagiat, copie, imitation : l'inspiration au cinéma

"Je vole des choses dans tous les films possibles et imaginables. J'adore ça - si mes films contiennent quelque chose c'est que j'ai pris tel élément ici et tel autre là et que je les ai mélangés ensemble. Si certains n’aiment pas ça, alors tant pis, qu'ils n'aillent pas voir mes films, ok ? Je vole des choses partout. Les grands artistes volent, ils ne rendent pas des hommages." expliquait Quentin Tarantino à Empire magazine, en 1994.

Lost in translation : le point sur la petite culotte rose de Scarlett Johansson

La culotte de Charlotte dans Lost in translation

Le cinéma, tout comme les autres formes d'art, d'ailleurs, n'est pas un art isolé.

Quand il ne s'agit pas de s'inspirer d'une ambiance ou d'une structure, une partie du talent des réalisateurs réside dans leur capacité à identifier chez leurs prédécesseurs des morceaux d'anthologie, à les réadapter, les sublimer, les maquiller pour les intégrer de manière harmonieuse dans leur oeuvre.

Le Lauréat : Elaine apprend la vérité

Katharine Ross, Le Lauréat

A l'aube de la révolution sexuelle, Mike Nichols signait Le Lauréat un film dérangeant, mettant en scène la relation adultère entre une femme d'âge mûr et un étudiant fraîchement diplômé.
Si aujourd'hui, Mrs Robinson serait sans doute qualifiée de "cougar", à l'époque il n'y avait pas plus de qualificatif pour décrire le goût pour les hommes jeunes, que de film pour en parler.

L'Effrontée, la mappe-monde et la fin de l'enfance

Jean-Philippe Ecoffey et son globe terrestre lumineux

Ce film de Claude Miller sorti en 1985, avec le premier grand rôle de Charlotte Gainsbourg, est LE film culte de mon enfance. Servi par d'excellents acteurs tels que Bernadette Lafont, Jean-Claude Brialy, l'Effrontée suit les premiers émois et questionnements adolescents de Charlotte, 13ans, qui vit avec son père veuf et dont la seule amie se révèle être sa petite voisine de 6 ans espiègle et attachante (Julie Glenn, autre révélation du film) qui lui voue une profonde adoration, ce qui l'agace beaucoup.

Les Petits Mouchoirs : C’est la faute de Juliette !

Les Petits Mouchoirs, La Bande

A y’est, j’ai mon coup de Cœur avec un film récent.
J’ai vu "Les petits Mouchoirs" de Guillaume Canet récemment et la scène du permis bateau… j’étais juste explosé de rire. C’’est con à dire mais j’ai vraiment rigolé, comment je n’avais pas rigolé depuis longtemps au cinéma. C’est digne du Splendid.

Pour être tout à fait honnête, j’ai n’ai pas trop aimé le film. Un peu BoBo, un peu entendu, un peu caricatural (un peu Christophe Maé quoi !). Malgré tout cela je trouve cette scène vraiment très bonne. Elle n’est pas encore culte pour moi mais à chaud, comme ça, j’adore.

Amadeus, c’est MON film culte

Amadeus Milos Forman

Amadeus, c’est MON film culte depuis que je l’ai découvert à 12 ans... il est sorti en 1984. Je pourrais le découper scène par scène pour le mettre sur monfilmculte.com.
Bon, j’ai pitié des internautes, je vais me limiter à une...

Début du film, Mozart jeune, en pleine ascension à Vienne.
Une petite scène sans prétention et qui pourtant touche au génie. Pourquoi ?

Pages