Comédie

Le grand détournement : L'homme le plus classe du monde

Le grand détournement

La classe Américaine, ou Le grand détournement est un film Francais écrit et réalisé par Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette, et diffusé en 1993 sur Canal+.

Il est composé d'extraits de films de Warner Bros. réalisés entre 1952 et 1980, montés et doublés afin de créer un nouveau film.
L'idée vient de Canal + et même si ca avait déjà été tenté, là c'est magistralement orchestré car les dialogues sont à tomber par terre.

Brice de Nice : Un éclair au chocolat… le pied !

Brice de Nice

Voir la vidéo Dailymotion en bas de cet article

Ce n’est pas un film de ma génération (sortie en 2005 et réalisé par James Huth). Je ne suis pas censé être client. Pour être tout à fait honnête je ne pourrais pas raconter l’histoire. Cependant, il y a une scène qui m’a fait hurler de rire. Ce n’est pas un grand moment de cinéma. Il n’y a pas d’esthétisme particulier. Ce n’est pas du Godard mais c’est une petite scène… trop top !
Je trouve ça extrêmement drôle, autant que si on m’annonçait que Christophe Maé devenait Ministre de la Culture.

Les Bronzés : Je sais pas quel âge elle a mais elle aime la BIIIIP !

Les Bronzés pendant le tournage

Voir la vidéo Youtube de cette scène culte en bas de cet article

Le webmaster du site (Martial) m’a dit avec un regard inquisiteur : « Jamary, tu me fais un post sur les Bronzés et plus vite que ça ! » et il a ajouté, « on doit avoir ce film de Patrice Leconte sortie en 1978 si on veut être crédibles ».

Vous ne connaissez pas Martial mais lorsqu’il dit quelque chose, on l’écoute.

C’est Lino Ventura dans « Ne nous fâchons »… pour ceux qui connaissent. Et moi je suis plus Lefebvre que Constantin.

Rabbi Jacob for ever...

Bon cette scène là, c’est moi qui la poste mais elle aurait tout aussi bien pu être publiée par ma ribambelle de cousins (qui se reconnaîtront...) qui eux aussi un jour de juin 2008 ont réalisé cette inoubliable chorégraphie dans une petite salle des fêtes du Lot ;-)

Lelouch-Belmondo-Anconina, itinéraire d'un enfant gâté : faut pas s’étonner, c’est culte !

Richard Anconina, Belmondo, Itinéraire d'un enfant gaté

En 1988, Claude Lelouch réalise l’un de ses meilleurs films « Itinéraire d’un enfant gâté » qui sera aussi l’un de ses plus grands succès avec Môssieur Belmondo en personne, en mentor génial du naïf Richard Anconina.
Dans le film, on fait le tour du monde avec Bébel : en Afrique avec les lions sur une musique de Brel, en mer, en Chine, à Paris, au cirque... Il n’y a que l’ami Claude qui sache nous faire voyager comme ça... (oui bon je suis fan, vous l’aurez compris...)

Le père Noel est une ordure : L’Etalon !

Le père Noel est une ordure

On est tous fan du père noël. Enfin, ceux de ma génération en tout cas. Le Splendid, c’est l’étalon de mon humour. Je suis tombé dessus petit et après, le reste a suivi. Les Nuls, Desproges, Les inconnus (first période), Dany Boon (Pareil), Jean-Marie Bigard (Idem), Laurent Baffie, Gaspard Proust (pour citer un p’tit jeune) et pourquoi pas Guy Bedos aussi ?

Donc inutile de vous dire que le père Noël, je connais… Forcément je voulais faire partager ma dévotion à ce film mais pas avec les scènes les plus connues. Pas celles qui passent dans tous les bêtisiers télévisuels.

L’aventure c’est l’aventure : La classe c’est la classe

L'aventure c'est l'Aventure

Je dois avouer une maladie honteuse pour certains mais que j’assume personnellement totalement.
Je suis un inconditionnel de Lelouch. Ca m’a pris tout petit. C’est ma chère mère qui m’a contaminé. Depuis c’est incurable (heureusement).
C’est comme ça. On l’aime ou on ne l’aime pas. Moi je l’aime (Mes cousins Joël et Christophe aussi d’ailleurs, spécial dédicace les gars)

Marche à L’ombre... de l'amitié

Marche à L'ombre, Michel blanc, Gérard Lanvin

Un peu de légèreté en ce dimanche soir.
Marche à l’ombre. Un film de Michel Blanc sorti en 1984 avec Gérard Lanvin et pour la première fois à l’écran la magnifique, Sophie Duez.

C’est un film binôme. D’un côté François (Gérard Lanvin) le gosse bô costaud, musicien et un peu paumé mais sympa, de l’autre, Denis (Michel blanc), hypocondriaque, jamais content, le boulet par excellence.

Pages