Dogville : la haine ordinaire des gens ordinaires

Nicole Kidman dans le rôle de Grace

"Méfiez-vous de l’homme moyen, de la femme moyenne, méfiez-vous de leur amour. Leur amour est moyen, recherche la médiocrité. Mais il y a du génie dans leur haine. Il y a suffisamment de génie dans leur haine pour vous tuer, pour tuer n’importe qui." Ces vers, grossièrement traduits en français, écrits par le poète américain d'origine allemande Charles Bukowski illustrent assez bien Dogville de Lars Von Trier.

Ce film sorti en 2003 remet en cause les codes du film tels qu'ils sont en général admis. Avec Dogville, on est plus proches du théâtre que du cinéma. Au point que lorsque je suis tombé sur le film un jour par hasard, n'ayant jamais entendu parler de Dogville et voyant l'absence de décors et la scène plongée dans le noir, je me suis demandé de quelle excentricité il s'agissait.
Excentricité ou pas, je suis resté scotché.
J'ai suivi, presque malgré moi, l'histoire, puis j'y ai plongé pour mieux ressentir le malaise savamment construit par Lars Von Trier.

Le scénario repose sur les relations qui se créent entre Grace (Nicole Kidman) et les membres d'un village qui l'ont accueillie et cachée de ses poursuivants.
Tout d'abord adoptée comme citoyenne suite aux services rendus aux différents membres de la communauté, elle en devient peu à peu l'esclave, la victime et le souffre-douleur. Elle se retrouve sous le joug de gens médiocres, qui se sentent investis d'un pouvoir à son égard.
Sous la menace d'être livrée à ses poursuivants si elle ne fait pas ce qu'on lui dit, Grace doit alors souffrir les pires exactions.

Avis aux âmes sensibles, la scène ci-dessous est dure. Disons-le clairement il s'agit d'une scène de viol. On en voit moins que dans la plupart des scènes de ce genre et pourtant l'effet est aussi fort, sinon plus.
La vulnérabilité de Grace, qui ose à peine se défendre en raison de l'épée de Damoclès qui pend au dessus de sa tête, l'absence de murs, qui met l'accent sur la proximité, autant physique qu'intellectuelle, des gens du village avec cette scène cruelle rendent la scène déroutante.

Dans cet espace ouvert, la victime est isolée, esseulée au milieu de l'indifférence et de la haine ordinaire des gens ordinaires.



Film français , italien , danois , norvégien , suédois , finlandais , néerlandais

Ajouter un commentaire