Légendes d'automne : 15 ans avant Inglorious Basterds, Brad Pitt scalpait déjà des allemands

Brad Pitt prend le scalp de ses ennemis allemands

Scalper des soldats allemands en temps de guerre serait-il en passe de devenir une spécialité de Brad Pitt ? La question mérite d'être posée, puisque deux des personnages qu'il a incarné se sont adonnés à ce passe-temps inhabituel, une fois à l'occasion de la première guerre mondiale et une autre lors de la seconde.
Si Inglorious basterds est encore assez frais dans les esprits, Légendes d'automne date déjà un peu plus, puisqu'il est sorti en 1995.
Réalisé par Edward Zwick, ce film relate l'histoire de la Famille Ludlow, dans le Montana au début du XXème siècle.
Alfred (Aidan Quinn), Tristan (Brad Pitt) et Samuel (Henry Thomas), trois frères, ont été élevés par leur père William Ludlow (Anthony Hopkins), colonel à la retraite.

Tout se passe plutôt pas mal jusqu'à ce que Samuel, le benjamin, présente Susannah (Julia Ormond), sa fiancée, à sa famille. En effet, ses frères tombent immédiatement sous le charme de Susannah, ce qui ne manquera pas de générer des problèmes ultérieurement. De toute façon, Légendes d'automne est, selon moi, globalement un film misogyne. Quand arrivent les femmes commencent les problèmes, quand elles disparaissent, ils se résolvent et la fratrie se recompose.

Lorsque la première guerre mondiale éclate, les trois frères partent au combat. Samuel n'en reviendra pas.
Un excès de patriotisme l'avait poussé à s'engager. Un excès de zèle entraînera sa mort.
Sa disparition provoquera l'effondrement de la famille. Susannah se consolera d'abord auprès de Tristan, avant de se rabattre (faute de grive...) sur Alfred.

La scène de la vengeance de Tristan, fou de douleur après la mort de son petit frère.

L'une des scènes marquantes de ce film, est probablement la scène, où Tristan, après avoir arraché le coeur de son frère pour le ramener au pays, décide de se venger, selon les rites de la tribu indienne par laquelle il a été "adopté" dans son enfance.
Après avoir orné son visage de peintures de guerre -comprendre le sang de son frère - il s'insinue dans le camp adverse pour donner la mort à quelques soldats allemands et les soulager de leurs... scalps. Une scène plutôt inattendue, dans laquelle le western se mêle à la guerre de1914-1918.

J'ai également une affection particulière pour l'ultime fin du film, dans laquelle on retrouve un Tristan âgé d'une soixantaine d'années aux prises avec un grizzly. Tandis que le narrateur (l'indien attaché à la famille Ludlow), explique que ce "fut une bonne mort", l'image se fixe sur Tristan et le grizzly, en pleine bataille. Vous trouverez cette scène sous la 1ère.


*

La vidéo

La mort de Tristan


Ajouter un commentaire