Pour le meilleur et pour le pire: comment ne plus jamais se faire déranger par ses voisins

Jack Nicholson et le chien dans pour le meilleur et pour le pire

Pour le meilleur et pour le pire, en version anglaise As good as it gets, est un film américain sorti en 1997 et réalisé par James L.Brooks. Divinement joué par Jack Nicholson, en écrivain ultra névrosé, avec Helen Hunt et Greg Kinnear.

Melvin, (Jack Nicholson) est un écrivain d'oeuvres sentimentales renommé , ce qui est vraiment inattendu lorsqu'on découvre sa vie.
Melvin vit seul et enfermé dans son luxueux appartement New-Yorkais depuis des années. Il n'en sort que pour aller voir son éditeur ou dîner dans un modeste restaurant ou il n'accepte de se faire servir que par Carol, (Helen Hunt), qui est la seule à pouvoir supporter ses excès.

Melvin est atteint de troubles obsessionnels compulsifs qui l'obligent par exemple à ne toucher personne dans la rue, à observer des rituels très précis dans sa vie de tous les jours, comme manger au même restaurant, à la même table sous peine de faire un scandale. Il porte des gants qu'il jette à chaque sortie, tout comme le savon qu'il n'utilise qu'une fois sous de l'eau bouillante. Les exemples sont encore plus nombreux mais il n'est pas nécessaire de tous les énumérer.
Melvin est un homme qui souffre, qui s'est construit un cocon, son appartement, ses petites habitudes qu'il ne faut en rien contrarier. A l'inverse des personnes qui souffrent de cette maladie, Melvin, plutôt que de subir de grosses crises d'angoisse dés qu'une chose le contrarie, s'énerve et pique des colères pour lesquelles je vous conseille de prendre des notes car c'est une leçon que vous allez recevoir en regardant l'extrait que j'ai choisi.

La scène s'ouvre par Melvin en train d'écrire dans son sublime appartement. Il est dans son roman, en plein exercice de son talent et son voisin, accompagné par son petit ami Franck Sachs (Cuba Gooding Jr) tape à la porte car il vient se plaindre du fait qu'il a retrouvé son chien dans un piteux état. Pour cause il l'avait jeté dans le vide ordures mais l'intéressé l'ignore. Son ami l'incite à prendre sur lui pour tenir tête à son voisin mais la situation est retournée en quelques secondes par Melvin qui va le renvoyer d'où il vient.

Cette scène est vraiment intéressante et chacun je suis sûr se dira qu'il rêverait d'envoyer paître son propre voisin, ou patron, collègue de la même manière...
Mais, petit aparté entre nous, ce film ne se résume en aucun cas aux sauts d'humeur de Melvin. C'est un témoignage bouleversant sur cette maladie, la névrose obsessionnelle qu'il serait injurieux de caricaturer. C'est une vraie souffrance que vivent, à des degrés divers évidemment ceux qui en souffrent. Melvin en est arrivé ici au point d'oublier l'existence même d'une pensée, d'un être autre que lui. Il n'a plus aucun sentiment pour personne et vexe, insulte à tour de bras sans se soucier des conséquences.

Justement, au milieu du film, le personnage commence à devenir humain, il dit même une phrase à Carol, qui pour ma vie personnelle est culte: "Vous me donnez envie d'être meilleur"

Existe-t-il un témoignage plus sincère, plus bouleversant à entendre que celui-ci ?
C'est ma phrase du film...et pas seulement du film.
Dire cela à l'être aimé, c'est l'expression selon moi la plus remarquable qui existe.

Je vous laisse découvrir l'extrait qui vous donnera envie je l'espère de voir ou revoir ce film.

Jack Nicholson - Pour le pire et pour le meilleur par Souoland

Ajouter un commentaire