Le Nexus, un Androïd à la hauteur du Blade Runner

Ca c'est de la cachette !

Lorsque l'on fait des recherches sur les films cultes, il y en a un qui revient de manière récurrente : Blade Runner.

Le consommateur de vidéos moyen (caste à laquelle j'appartiens, malheureusement) connaît I-Robot, avec Will Smith.
Le cinéphile, lui, il parle de Blade Runner. On a la culture que l'on mérite.

Blade Runner est un film de science fiction réalisé par Ridley Scott (oui, le même qui a réalisé un Alien) en 1982.
Le blade runner, c'est Rick Deckard (Harrisson Ford). Il a pour mission de rattraper et de mettre hors services 4 androïdes de la génération Nexus 6 (eh oui, les gens de Google ce sont des cinéphiles, et ils se sont d'ailleurs pris une plainte pour non respect des droits d'auteur pour ça).

Les Nexus 6 sont des robots tellement évolués qu'ils en ont des sentiments et qu'ils peuvent même ignorer leur nature. Du coup, on est à la limite du meurtre lorsque l'on veut les mettre au rebut. Quand à eux, ils n'aiment pas forcément l'idée de devoir mourir ni que le temps qui leur est imparti ne soit que de quatre années.
Alors, évidemment, ils ne se laissent pas faire et ils lui donnent un peu de fil à retordre à notre blade runner (sachant, pour l'anecdote, que Mr Scott laisse planer le doute sur le fait que Decker puisse être un humanoïde ... I-Robot s'est montré moins frileux sur ce point).

Le tout se déroule bien-sûr dans une ambiance post-terrestre. On est en 2017, les humains ont colonisé Mars et le logement n'est plus un problème sur une terre désertée, et plongée dans l'obscurité.

Les scènes oscillent entre ce qui pourrait être des quartiers et des immeubles de type haussmanien et les quartiers chinois les plus typiques. On y voit ainsi Paris et Shanghaï s'alterner et s'entremêler pendant 1h50...

Pour ce qui est de la date, rétrospectivement parlant, c'est assez peu crédible. Je doute que dans 6 ans, on en soit là. Mais comme dit la sagesse populaire, faut jamais dire jamais.

Comme je le disais au début, pour beaucoup, c'est un film culte, aussi je ne leur ferai pas l'affront de dire qu'il y a une scène plus culte qu'une autre et j'en choisirai une au hasard : celle de la mort de Pris, la méchante androïd de plaisir, petite copine d'un autre Nexus 6, Roy Batty (Rutger Hauer) .

Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, la jeune fille, c'est Daryl Hannah. En 1982, ce n'est pas encore le cas, mais elle deviendra un vrai sex-symbol par la suite, notamment grâce à son rôle dans Splash (une histoire de sirène) dans lequel elle dévoile un peu de son anatomie. C'est bien plus tard qu'on la retrouvera dans Kill Bill

Pour ceux qui se poseraient la question, ce n'est pas elle (Daryl) qui réalise l'acrobatie qui précède la mort de Pris. Pour la petite histoire, ce n'est même pas une femme, car la doublure de Darryl Hannah avait été tellement épuisée par Ridley Scott lors des répétitions répétitives qu'elle n'avait pu assurer la scène et avait du se faire remplacer par un homme.

Le reste n'est que littérature, place au film !

Ajouter un commentaire