Temps de guerre : le pâté de chien, une spécialité de Madame Rose

Douglas, alias Oliver : un air de Nicholson dans The Shining

C'est le coeur lourd, que je commence la rédaction de ce post.

Parce qu'en faisant les quelques recherches nécessaires pour y parvenir, je me suis rappelé de ce qu'il est advenu de Kathleen Turner.

Alors, ok, elle le vit bien et ses dernières apparitions à la TV et au ciné, ont prouvé qu'elle n'a rien perdu de son humour et de sa confiance en elle. Pour Kathleen, pas de régime, pas de chirurgie, pas de botox. C'est sans doute louable, mais on ne m'empêchera pas de pleurer sa beauté perdue.

Ca, c'est fait.

Voilà qui m'amène (enfin, diront certains), au sujet qui m'intéresse :La guerre des Roses (The War of the Roses), film de 1989 réalisé par Danny De Vito et mettant en scène, Kathleen, Mickael Douglas et Danny De Vito. Le trio infernal en était alors à une troisième collaboration, après À la poursuite du diamant vert et sa suite, Le Diamant du Nil.

S'il fallait résumer le film, on pourrait dire "Naissance, vie et mort d'un couple en 1 heure et demie".

Mais évidemment, la guerre des Roses, c'est bien plus que ça.

Le scénario n'en tient pas moins sur 3 lignes, puisque La guerre des Roses est une comédie noire sur l'amour et le mariage. Après des débuts marqués par le sceau de la passion, Barbara Rose (Kathleen) et Oliver Rose (Michael) ont fini, deux enfants et des années plus tard, par se laisser porter par une routine bourgeoise teintée d'agacement réciproque. Barbara décide de mettre fin au mariage et les biens acquis par le couple font alors l'objet d'une guerre implacable.

La haine que les protagonistes finissent par se porter est d'autant plus délectable que leur intimité est forte. C'est un huis-clos de cruauté et d'inventivité haineuse au sein d'une banlieue bourgeoise paisible, le tout servi par une ambiance fin des années 1980 très perceptible.

Ils s'entendent comme chien et chat

Alors que la guerre est déjà bien engagée, Oliver écrase par inadvertance le chat de Barbara. Sous couvert de réconciliation Barbara, réputée pour ses talents de cuisinière, décide de faire manger à son époux un plat de sa création :le pâté de Benny.

 

 


Kathleen Turner jeune


Kathleen Turner jeune


Kathleen Turner jeune


Kathleen Turner jeune


Kathleen Turner jeune


Kathleen Turner jeune


Kathleen Turner jeune


Kathleen Turner jeune