Usual Suspects : le Twist Ending ultime

Usual suspects

Usual Suspect est le film qui a remis au goût du jour le "twist final". C’est une figure de style cinématographique qui consiste en une fin imprévisible, qui bouleverse complètement le sens et la lecture de l'histoire. Vous devriez retrouver d’ici peu un classement des meilleures « twist ending » sur le site. Pour bien la réussir il faut bien sur un scénario qui tienne en haleine le spectateur de bout en bout, et c'est le cas de Usual Suspect (sortie en 1995 et réalisé par Bryan Singer)

Une bande d'escrocs se fait choper par la police et passe une identification. Cette fameuse scène ou les témoins regardent à travers une vitre sans tain les suspects. Une fois relâchés, ils sont forcés de s'associer pour faire un casse. Celui qui les oblige à faire ça s'appelle Keyzer Sausey. Outre que le nom soit particulièrement bien choisi, rien que de le prononcer fait flipper, le mystère qui entoure ce personnage, que personne n'a jamais vu, est total. Il donne ses ordres par l'intermédiaire d'un "avocat" maitre Kobayachi. Ce duo réussi à manipuler nos compères avec une Maestria exceptionnelle.

Dans cette joyeuse troupe nous avons un handicapé (Kevin Spacey, Roger « Verbal » Kint), un escroc sur le retour (Gabriel Byrne, Dean Keaton), un maniaque de la gâchette (Stephen Baldwin, Michael McManus) et un asocial (Kevin Pollak, Todd Hockney). Soit une belle brochette de winners pour faire des opérations louches.

Inutile de rentrer dans les détails de l'histoire. Le film étant monté en flashback incessants (fatiguant ?), c'est très compliqué. Mais cependant, grâce à eux, la solution de l'intrigue n'est distillée que par petites touches. Tout au long du film, sans vous en rendre compte, vous obtenez des petits bouts du puzzle.

Ainsi, lorsqu'arrive la scène finale, que vous pouvez visionner ci-dessous, vous êtes persuadés d'avoir la réponse à cette entêtante question, posée tout au long du film : Mais qui est Keyzer Sausey ?

Et finalement, tout doucement, en regardant Kevin Spacey marcher, vous réalisez l'ampleur de votre erreur. C'est quasiment jouissif de se faire berner a ce point.
Ce qui est également bluffant c'est que le flic qui vient de relâcher Kevin Spacey, Chazz Palminteri, réalise en même temps que vous l'erreur qu'il vient de faire.

La particularité de cette scène c'est bien sur le montage. Grâce à lui vous comprenez tout le film. Il vous amène vers la solution de façon naturelle et fluide avec beaucoup plus d'efficacité et d'évidence qu'un dialogue sous forme d'aveu arrachée dans les bureaux du commissariat local.
C'est de la maestria à l'état pure.

Pour finir et pour l'anecdote, notez la façon dont Kevin Spacey allume sa cigarette à la fin de la scène. Selon moi, on avait pas vu aussi classe depuis Gabin. Peut-être un top 10 en devenir ça...

[block:similar=similar]
[block:block=79]


Ajouter un commentaire