10 autres scènes sexy qui émoustillent les femmes

Capture d'écran : Rosario Dawson dans le film Alexandre

Pour faire suite au post "les 12 scènes de sexe qui émoustillent les femmes", nous avons creusé un peu plus le forum féminin sur lequel était abordée la question de ces scènes, plus ou moins anciennes, qui allument le désir féminin.

Dans la sélection de scènes ci-dessous, vous retrouverez les tendances repérées dans le post précédent. En effet s'y trouvent aussi bien des scènes qui dévoilent des moments d'intimité, de tendresse, de douceur, de découverte mutuelle extatique, mais aussi (et plus sûrement) des scènes plus intenses qui illustrent a minima l'immédiateté du désir sexuel, exacerbée par une situation complexe, sinon de vrais rapports de force, des élans de désirs bestiaux motivés par le rejet, le mécontentement ou encore la colère.


Diane Lane et Olivier Martinez dans "Infidèle" (Unfaithful - 2002)


Pour voir la vidéo, cliquez sur l'image
diane lane & olivier martinez

À bien des égards Infidèle, adapté du film de Claude Chabrol La Femme Infidèle, pourrait être apparenté à Liaison fatale. Cette fois encore, la paix d'un mariage - au sein de banlieue tranquille - est menacé par une aventure qui tourne au vinaigre. Le désir est véhément, le sexe explosif et violent. Les amants sont tellement étourdis de désir, leur rut est tellement frénétique que leurs rapports sexuels ont lieu debout et ne leur offrent pas la satiété dont ils ont pourtant besoin.

Holly Hunter & Harvey Keitel dans "La leçon de piano" (The piano - 1993)


diane lane & olivier martinez

Si la poésie du film de Jane Campion fleurit au sein du climat pluvieux et boueux de la Nouvelle Zélande, c'est au coeur d'un chantage et du silence d'Ada que naît l'érotisme du film.

Penelope Cruz et Javier Bardem dans "Jambon Jambon" (Jamon Jamon - 1992)


diane lane & olivier martinez

Chez Bigas  Luna,  la poitrine des jeunes femmes est comestible.  Il suffit pour s'en convaincre de regarder le téton  et la lune ou encore  Son del  Mar. Pour ses deux amants, qui la dévorent à pleine bouche, la poitrine de Pénélope a le goût  des tortillas du jambon et de l'ail...  De l'Espagne  en définitive. 

Jessica Lange et Jack Nicholson dans "Le Facteur sonne toujours deux fois" (The Postman Always Rings Twice - 1981)


diane lane & olivier martinez

Avec cette scène, on s'aperçoit que le film rend hommage au livre puisque qu'entre les deux amants il n'est question que de morsures durant leurs étreintes t rapides. La relation adultère se résume pour les protagonistes à des étreintes brutales et immédiates.

Keira Knightley et James McAvoy dans "Reviens-moi" (The atonement - 2007)


diane lane & olivier martinez

Quand Cécilia, campée par une Keira Knightley aussi sublime qu'atrocement sexy, cède à l'envie d'embrasser Robbie, le fils d'une domestique dont elle s'est entichée, c'est dans l'obscurité d'une bibliothèque qu'elle le fait. Quand elle s'offre à Robbie, les livres malmenés en sont les témoins. Mais ils ne sont pas les seuls: Briony, 13 ans, a vu la scène, sans équivoque. De sa jalousie découlera le douloureux destin de Robbie, mais aussi toute l'intrigue du film.

Liv Tyler et Ignazio Oliva, Beauté volée (Stealing Beauty - 1996)


diane lane & olivier martinez

Le souvenir des premières étreintes semble aussi avoir des propriétés aphrodisiaques sur ces dames.
Si elle a fait une croix sur Niccolò, sous pretexte qu'il est un coureur de jupons invétéré, Lucy ne s'en laisse pas compter et se surprend à tomber amoureuse d'Osvaldo (Ignazio Oliva), le frère de Niccolò. C'est avec lui qu'elle passe sa première nuit d'amour, et découvre les plaisirs de la chair avec un amant tout aussi inexpérimenté qu'elle. C'est ce manque d'expérience partagé qui différencie cette scène d'une célèbre scène assez similaire dans le nom de la rose. Car là où la "sauvageonne" campée par Valentina Vargas savait y faire, les amants de Beauté volée, se découvrent mutuellement, tâtonnent, se caressent et s'explorent. Là où Jean-Jacques Annaud avait mêlé désir et bestialité, Bernardo Bertolucci filme l'euphorie des premiers rapprochements physiques. Là où Annaud montrait la nudité des amants tout juste vêtus des lumières vacillantes projetées par les bougies, Bertolucci montre, sous le soleil, les sous-vêtements très sages de Lucy et cache avec insistance le corps d'Osvaldo.

Mélanie Laurent et Julien Boisselier dans "Je vais bien ne t'en fais pas" (2006)


diane lane & olivier martinez

De nuit, dans un camping sous la pluie... abrités par leur tente igloo, Lili et Thomas font l'amour... Le vent, trop fort, a raison de la tente qui s'écroule. Surpris, les amants se retrouvent nus sous la pluie, contraints d'aller s'abriter dans leur voiture. On ne peut pas dire que le lieu soit vraiment insolite, mais la scène n'en semble pas moins aphrodisiaque... La présence d'occupants dans les tentes voisines offre peut-être une explication.

Rebecca Romijn et Rie Rasmussen dans "Femme fatale" (2002)


diane lane & olivier martinez

Voler sa parure hors de prix, à une femme d'une grande beauté, à l'occasion du festival de Cannes réclame du doigté. Patiemment, Rebecca, qui est parvenue à séduire sa proie, départi cette dernière de son riche soutien gorge pour en glisser les éléments à un complice qui s'empresse par les remplacer par une copie en pacotille. Un effeuillage sexy qui semble plaire autant aux femmes qu'aux hommes ...

Rosario Dawson et Colin Farrell dans "Alexandre" (2004)


diane lane & olivier martinez

Après leur mariage, Alexandre entend bien prendre possession de Roxane. Mais cette dernière ne l'entend pas ainsi et se défend avec pas mal de talent, dévoilant largement une anatomie généreuse. Quelques gifles plus tard, et après qu'Alexandre eut senti sur sa gorge le métal froid d'un poignard, les choses se calment et l'étreinte se fait plus tendre. Au delà de la scène de violence de la chaude ambiance des torches, bougies et peaux de bêtes, c'est sans doute le physique de Colin, à qui elles pardonnent volontiers la couleur de ses cheveux, qui fait fondre ces dames.

Marina Hands et Jean-Louis Coulloc'h dans Lady Chatterley (2006)


diane lane & olivier martinez

Les rencontres sylvestres de Constance Chatterley et de l'homme des bois peuvent rappeler les étreintes de la leçon de piano. Ou l'inverse peut-être. Toujours est-il que l'une et l'autres histoires relatent le lent éveil à la sensualité de femmes de bonne famille (plus ou moins richement mariées et qui ont en commun de subir l'ennui d'un couple malheureux) avec un homme plus rustre qui les désire.
Comme pour Le facteur ou Infidèle, le sexe est l'exutoire d'une vie un peu trop prévisible et les rencontres furtives dans des lieux souvent inappropriés rendent à la vie le sel qui lui manque.

[block:similar=similar]
[block:block=79]

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).