37°2 le matin : l'amour charnel dès la 1ère seconde

Quand 37°2 le matin de Jean-Jacques Beineix est passé pour la première fois à la TV sur une chaîne grand-public, vraisemblablement vers 1987 ou 1988 (le film était sorti en salles en 1986), je me souviens que TF1 lui avait réservé un sort particulier. Le genre de traitement auquel E.T. avait eu droit en son temps et auquel Le Grand Bleu aurait droit un peu plus tard.

Plus tard, 37°2 le matin est devenu le genre de films que les ados regardaient en cachette pour ses scènes d'amour, ou de sexe, comme on préfère.

Il faut bien dire que le film commence sur une relation sexuelle des plus explicites (cf ci-dessous).
Zorg aime Betty, Betty aime Zorg.
Aucun doute là-dessus.

La suite du film est fidèle à cette intro sans concession : un air de stupre et de fornication continue de planer au film des déplacements de Betty la névrosée (Béatrice Dalle) et de Zorg (Jean-Hugues Anglade) l'artiste en devenir, alors qu'ils parcourent les routes à la recherche d'un endroit où ils pourraient être heureux... Betty s'est en effet lassée de leur petite vie étriquée...

Mais qu'on ne s'y trompe pas, malgré un début novateur et depuis rarement imité, un début que l'on taxerait aujourd'hui de "racoleur" ce film reste pour beaucoup ... un drame bouleversant .

A noter:

du 4 avril au 29 septembre 2013 se tiendra l'exposition « Studio Beineix », au M-A30 / musée des Années Trente à Boulogne-Billancourt. Pour plus d'informations, cliquer ici.



*


- Titre: 
- Réalisateur: 
- Date: 
- Genre: 
- Mots clés: