Cinéma US

Le jour du dauphin : Alpha et le Dr Terrel ne plaisantent pas

Pat et Pha en pleine conversation

Les dauphins cliquettent et sifflent. Et c'est bien ainsi. Mais imaginez un instant qu'un chercheur passionné apprenne à l'un d'eux à faire des vocalises jusqu'à pouvoir articuler des mots. Qui cela intéresserait ? Les médias ? Un cirque ? Ou peut être bien l'armée ...? Sûrement... C'est en tout cas le parti pris par Mike Nichols (s'inspirant ainsi du roman de Robert Merle, Un animal doué de raison) lorsqu'il a réalisé en 1973, Le Jour du dauphin (The Day of the Dolphin).

Dumb and dumber : il faut toujours vérifier que les toilettes fonctionnent avant de s'y asseoir...

Dumb et dumber

Dumb and dumber, c'est un film des frères Farrelly sorti en 1994 avec Jim Carrey dans le rôle de Lloyd Christmas et Jeff Daniels dans le rôle de Harry Dunne. Deux amis complètement idiots décident de traverser la moitié des Etats-Unis dans leur fourgonnette transformée en chien pour retrouver la propriétaire d'une mallette qu'ils pensaient perdue et se retrouvent au beau milieu d'une histoire qui forcément dépasse leurs compétences...

Le 5ème élément : Maïwenn, une diva bleue au talent étonnant ...

Maïwenn Le Besco est la Diva Plavalaguna

La scène de la diva

Dans le Cinquième Elément de Luc Besson, l'air de la folie, extrait (scène 1 de l'acte III) de Lucia di Lammermoor (un opéra romantique en trois actes de Gaetano Donizetti), est chanté par la « diva Plavalaguna » incarnée par Maïwenn.
C'est la chanteuse soprano Inva Mula (cf photo ci-dessous) qui l'interprète dans ce film.
Le morceau commence par « il dolce suono mi colpi di sua voce ».

Usual Suspects : le Twist Ending ultime

Usual suspects

Usual Suspect est le film qui a remis au goût du jour le "twist final". C’est une figure de style cinématographique qui consiste en une fin imprévisible, qui bouleverse complètement le sens et la lecture de l'histoire. Vous devriez retrouver d’ici peu un classement des meilleures « twist ending » sur le site. Pour bien la réussir il faut bien sur un scénario qui tienne en haleine le spectateur de bout en bout, et c'est le cas de Usual Suspect (sortie en 1995 et réalisé par Bryan Singer)

Dans la peau de John Malkovich... en toute humilité

Vous, moi, nous sommes tous Malkovitch

Depuis sa sortie au cinéma j'ai eu des réticences à regarder Dans la peau de John Malkovitch (Being John Malkovitch). La raison prinicipale était principalement le titre de ce film, centré sur un acteur... Que je connaissais par ailleurs suffisamment (désormais il est désormais connu des plus jeunes pour son rôle dans une pub pour des capsules de café). Je ne sais pas pourquoi - peut-être à cause de son rôle dans Liaisons dangereuses - mais j'imaginais de l'égocentrisme malkovitchien dans cette oeuvre.
Je me trompais.

Dune : Paul Atreides chevauche Shai-Hulud, le ver des sables

Paul s'apprete à chevaucher Shai-Hulud

Un jeune homme (Kyle MacLachlan, âgé de 25 ans) dont le visage est désormais plus connu pour ses apparitions répétées dans la série Desperate Housewives (dans le rôle d'Orson), entouré d'autres hommes, comme lui vêtus d'une étrange combinaison noire, mais dont les yeux brillent d'un bleu surnaturel, se jette, muni d'une sorte de pelle sur un ver immense qui se déplace sur le sable d'un désert hostile. Il parvient à se hisser sur le ver et à le chevaucher. Cette scène vous rappelle sans doute quelque chose.

Les Sorcières d'Eastwick et l'anti-prince charmant

Photo des trois sorcères côte à côte

C'est lorsque je me suis intéressé au film La mort vous va si bien que j'ai repensé aux Sorcières d'Eastwick, film réalisé en 1987 par George Miller. A vrai dire, je ne me souvenais plus du titre de ce film. Quand j'essayais de m'en rappeler, c'est plus naturellement Dangerous Alliance qui me venait a l'esprit. Bref. Jamary, qui ne se souvient plus de l'endroit où l'on a mangé hier mais qui garde des années 1980 un souvenir intact, m'a indiqué de quel côté chercher. J'ai donc retrouvé le film pour le revoir a mes heures perdues.

Pages